Dieu soit béni! A chaque assemblée je vois la moisson grandir, les épis mûrir, les gerbes se multiplier et l’aire se remplir. Il y a quelques jours seulement que nous avons jeté la semence et déjà germent les fruits abondants de l’obéissance. Évidemment, ce n’est pas la puissance de l’homme mais la grâce de Dieu qui féconde l’Église! Telle est la nature de la semence spirituelle: elle n’attend pas le temps, le nombre des jours, le retour des mois, des saisons ni des années; dans le même jour, on peut jeter la semence et recueillir une moisson des plus riches. Le laboureur est obligé de beaucoup travailler et d’attendre longtemps; il faut attacher les boeufs au joug, tracer de profonds sillons, répandre la semence à pleine main, aplanir la surface de la terre, recouvrir tout ce qu’on a jeté, attendre les pluies favorables, faire beaucoup d’autres travaux et patienter encore de longs jours avant de recueillir les fruits. Ici au contraire, en été comme en hiver, on peut semer et moissonner, et souvent même dans un seul jour, surtout quand l’âme que l’on cultive est bien disposée. Telles sont vos âmes. Aussi est-ce avec une grande joie que nous venons à cette assemblée, semblable au laboureur qui travaille avec un zèle particulier le champ qui souvent a rempli son aire. Parmi vous, une légère fatigue nous procure des fruits abondants. C’est pourquoi nous venons avec empressement vous distribuer les restes de nos premiers entretiens.

Nous avons parlé la dernière fois de la gloire du Fils unique de Dieu, nous avons emprunté nos preuves à l’Ancien Testament; nous continuerons aujourd’hui. Nous avons cité cette parole du Christ: «Si vous croyiez à Moïse, vous croiriez aussi en moi». Aujourd’hui, nous examinerons ce texte de Moïse: «Le Seigneur Dieu vous suscitera du milieu de vos frères un prophète comme moi. Écoutez-le!» Jésus-Christ renvoie donc les Juifs à Moïse pour les attirer à lui par le moyen de ce prophète et en effet, Moïse annonce aux Hébreux le Maître à qui ils doivent obéir ponctuellement. Que tout soit donc un enseignement pour nous: ses actes, ses paroles et aussi le miracle que l’on vient de vous lire. Quel est-il? C’était un jour de fête des Juifs et Jésus monta à Jérusalem. Or il y a à Jérusalem la piscine paralytique appelée en hébreu Bethsaïde; elle a cinq portiques. «L’ange du Seigneur, dit l’Évangile, y descendait à certain temps, ce qu’annonçait l’agitation de l’eau. Le premier qui y entrait après que l’eau avait été ainsi agitée était guéri, quelque maladie qu’il eût. Sous les portiques étaient couchés un grand nombre de malades, d’aveugles, de boiteux et d’autres qui avaient des membres desséchés, et tous attendaient l’agitation de l’eau».

Pourquoi Jésus-Christ choisit-il toujours Jérusalem pour ses plus grandes œuvres et se montre-t-il aux Juifs de préférence les jours de fêtes? C’est qu’alors le peuple était réuni; c’était le lieu et le temps de rencontrer les malades car ces infortunés désiraient moins ardemment leur guérison que le médecin lui-même. Quand la foule est nombreuse, l’assemblée considérable, Jésus-Christ se présente pour procurer le salut. Il y avait donc une grande multitude de malades attendant l’agitation de l’eau; le premier qui descendait alors était guéri mais non le second. La puissance du remède était épuisée, l’eau restait sans vertu et la maladie du premier malade descendu lui avait enlevé toute sa force. Et il devait en être ainsi car c’était une grâce d’esclave. Mais à l’avènement du Seigneur, il n’en est plus de même. Le premier qui descend dans la piscine des eaux du baptême n’est pas seul guéri; le premier, le second, le troisième, le quatrième, le dixième, le centième le sont aussi et quand il y en aurait dix mille, cent mille, une multitude innombrable, quand toute la terre descendrait dans la piscine, la grâce ne serait pas diminuée, elle resterait la même et aussi puissante. Telle est la différence entre le pouvoir de l’esclave et l’autorité du maître. L’un ne guérit qu’un malade, l’autre toute la terre; l’un ne guérit qu’une fois l’an, l’autre chaque jour et des millions d’infirmes; l’un descend et agite l’eau, pour l’autre il suffit de prononcer son nom sur l’eau afin de lui communiquer cette admirable vertu; l’un guérit les corps, l’autre les âmes. Quelle immense différence sous tous rapports!

Il y avait donc une grande multitude attendant l’agitation de l’eau car il s’opérait là des guérisons miraculeuses. Dans un hôpital, on voit des malades, des estropiés, des infirmes de toute espèce qui attendent l’arrivée du médecin; de même, on voyait là une multitude nombreuse. Sous ces portiques était un homme malade depuis trente-huit ans. Jésus, l’ayant vu couché par terre et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit: «Voulez-vous être guéri?» Le malade lui répondit: «Oui Seigneur, mais je n’ai personne pour me jeter dans la piscine après que l’eau a été troublée, et pendant le temps que je mets à y aller, un autre descend avant moi.» Pourquoi Jésus-Christ, laissant tous les autres, vient-il à celui-ci? Pour montrer tout ensemble sa puissance et sa bonté: sa puissance puisque la maladie était si grave et qu’il n’y avait plus d’espoir de guérison; sa bonté parce que, bon et miséricordieux, Jésus daigna regarder de préférence celui qui était le plus digne de pitié et de compassion. Le lieu, le nombre de trente-huit ans de maladie, tout est à bien considérer.

Écoutez, vous tous qui luttez contre la pauvreté et la maladie, qui êtes accablés par les difficultés et les inquiétudes de cette vie, et éprouvés par des catastrophes imprévues. Il y a dans l’exemple du paralytique de quoi consoler toutes les infortunes humaines. Qui donc, en considérant cet exemple, aurait assez peu d’esprit et de cœur pour ne pas supporter avec courage et avec générosité les accidents de cette vie? Vingt ans, dix et même cinq ans, n’était-ce pas assez pour lasser sa constance? Et il attend trente-huit ans sans se décourager et avec la plus grande patience. Cette persévérance vous étonne? Écoutez ses paroles et vous admirerez encore davantage sa sagesse et sa vertu. Jésus s’approche et lui dit: «Voulez-vous être guéri?» Qui doute qu’il ne le désire? Pourquoi donc l’interroger? Ce n’est pas par ignorance, car celui qui connaît les pensées les plus secrètes n’ignore pas ce qui est clair et évident pour tous. Pourquoi donc l’interroger? Ailleurs, quand Jésus dit au centurion: «J’irai et je le guérirai», il n’ignorait pas sa réponse mais, tout en la prévoyant et la connaissant parfaitement, il voulait lui donner l’occasion de manifester sa foi, jusqu’alors cachée, et de dire: «Non Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez dans ma maison.» Il en est de même pour le paralytique: quoique sûr de sa réponse, le Sauveur lui demande s’il veut être guéri, non qu’il en doute mais pour lui fournir le moyen d’exposer son malheur et de montrer sa constance. S’il l’avait guéri sans rien dire, c’eût été pour nous une grande perte puisque nous n’aurions pas connu la générosité de cette âme. Jésus-Christ s’occupe non seulement du présent mais aussi de l’avenir. En l’obligeant à répondre à cette question: «Voulez-vous être guéri?», il le présente au monde entier comme un modèle de patience.

Que répond le paralytique? Il ne se laisse point aller à la colère ou à l’indignation, il ne dit point à Jésus-Christ: «Vous me voyez paralysé, vous savez que depuis longtemps j’ai cette maladie et vous me demandez si je veux être guéri? Êtes-vous venu insulter à mon malheur et rire de l’infortune d’autrui?» Vous connaissez le caractère difficile des malades cloués sur leur lit depuis une année seulement, mais trente-huit ans de maladie, n’est-ce pas assez pour lasser la vertu la plus robuste? Cependant, telle ne fut point sa réponse ni sa pensée; avec la plus grande douceur, il dit: «Oui Seigneur, mais je n’ai personne pour me jeter dans la piscine après que l’eau a été troublée.» Voyez, que de maux assiègent cet homme en même temps: la maladie, la pauvreté, la privation de tout secours. «Pendant le temps que je mets à y aller, un autre descend avant moi.» Misère extrême, capable de toucher un cœur de pierre; il me semble voir cet homme se traînant chaque année à l’entrée de la piscine, et chaque année frustré dans son espérance, et pour comble de malheur, cette souffrance dure, non deux ou trois ans mais trente-huit ans! Il montre le plus grand zèle et il ne recueille aucun fruit; il parcourt la carrière et un autre reçoit le prix de la course, et cela pendant de longues années et, ce qui est encore plus pénible, il voit les autres guéris. Car vous savez que nos maux nous deviennent à charge, surtout quand nous en voyons d’autres, qui étaient affligés comme nous, délivrés de leurs maux. Ainsi le pauvre, à la vue d’un riche, sent plus vivement sa misère; ainsi le malade souffre davantage en voyant d’autres guérir tandis que tout espoir de guérison s’évanouit pour lui. Le bonheur d’autrui nous montre plus clairement notre infortune. C’est ce qui avait lieu pour le paralytique. Il lutte longtemps contre la maladie, la pauvreté, l’abandon; il voit les autres guéris et, malgré ses efforts continuels, il n’obtient rien, il ne lui reste plus même l’espoir d’être délivré. Cependant, il persévère sans se décourager et revient chaque année. Pour nous, si notre prière n’est pas exaucée promptement, nous murmurons et nous tombons dans l’abattement; alors nous cessons de prier et tout notre zèle s’éteint. Pouvons-nous assez louer le paralytique et condamner notre lâcheté? Quelle excuse nous reste-t-il? Quel pardon pouvons-nous espérer? Le paralytique persévère pendant trente-huit ans et nous, nous abandonnons si vite nos résolutions!

Que fait ensuite Jésus-Christ? Il vient de montrer que ce malade mérite sa guérison puis, s’étant approché de lui plutôt que des autres, il lui dit: «Levez-vous, prenez votre lit et marchez.» Cette attente de trente-huit ans ne lui fut pas inutile, parce qu’il supporta ses maux avec patience. Pendant ce long temps, son âme, éprouvée par le malheur comme par le feu, fit de grands progrès dans la vertu, et sa guérison fut plus glorieuse car ce n’est pas un ange mais le Seigneur des anges qui le guérit. Pourquoi lui commande-t-il d’emporter son lit? C’est d’abord et surtout pour porter les Juifs à s’affranchir des observances légales: quand le soleil paraît, une lampe n’est plus nécessaire; quand la vérité se manifeste, il faut laisser la figure; devant faire cesser le shabbat, il opère un grand miracle en ce jour afin qu’en frappant la foule par la grandeur du prodige, il détruise peu à peu cette observance superstitieuse. C’est ensuite pour fermer la bouche aux téméraires: les Juifs critiquaient méchamment ses miracles et tâchaient d’en obscurcir l’éclat; en faisant emporter le lit, il leur donne une preuve invincible de la guérison et les Juifs ne pouvaient plus dire ici ce qu’ils disaient de l’aveugle: «C’est lui, ce n’est pas lui, c’est lui-même.» Ici ils n’ont rien à objecter: le paralytique, emportant ainsi son lit, met un frein à leur impudence. Il y a encore une troisième raison, non moins importante: pour nous apprendre que c’est la puissance divine, et non la science humaine, qui a tout fait, il lui ordonne d’emporter son lit, ce qui prouve évidemment une guérison pleine et entière; alors, ces blasphémateurs ne peuvent plus dire que c’est un artifice et que le paralytique a essayé de marcher par complaisance pour Jésus-Christ. Voilà pourquoi il lui ordonne d’emporter un fardeau sur ses épaules. Car si ses membres n’avaient pas été bien rétablis, ses articulations bien libres, il n’aurait pu porter son fardeau. De plus, cette guérison montre encore que sur une simple parole de Jésus-Christ, la maladie se retire, la santé revient. Les médecins chassent aussi les maladies mais ils ne rendent pas subitement la santé, il leur faut du temps pour expulser peu à peu du corps les restes du mal. Il n’en est pas ainsi de Jésus-Christ: en un clin d’œil, il fait fuir la maladie et ramène la santé; le temps ne lui est pas nécessaire: au moment où la parole s’échappe de ses lèvres bénies, la maladie quitte le corps; la parole opère et soudain toute infirmité disparaît. Un esclave en révolte aperçoit-il son maître, il s’arrête aussitôt et rentre dans l’ordre accoutumé. C’est ce qui arrive ici: la maladie, comme un esclave séditieux, troublait le corps du paralytique, mais à la vue du Seigneur, elle rentre dans l’ordre et l’harmonie se rétablit. La parole a tout opéré car ce n’est pas une parole ordinaire mais la parole de Dieu, dont il est dit: «Les œuvres de sa parole sont puissantes.» Elle a créé l’homme qui n’existait pas, à plus forte raison peut-elle guérir un paralytique.

Que ceux qui scrutent l’essence de Dieu me permettent ici des questions: comment ces membres se sont-ils fortifiés? Comment ces os se sont-ils consolidés? Comment cet estomac délabré s’est-il rétabli? Comment les nerfs affaiblis ont-ils repris leur énergie? Comment la force détruite est-elle revenue? Ils ne le savent! Admirez donc ce prodige sans vouloir en scruter le mode. Le paralytique obéit et prit son lit. A cette vue, les Juifs dirent: «C’est le shabbat, il ne vous est pas permis d’emporter votre lit.» Il fallait adorer l’auteur et admirer l’œuvre et les Juifs disputent sur le shabbat, rejetant un moucheron et avalant un chameau. Que répond le paralytique? «Celui qui m’a guéri m’a dit: Emportez votre lit et marchez.» Voyez la gratitude de cet homme! Il avoue son médecin et déclare que son bienfaiteur est pour lui un législateur digne de foi. Il raisonne contre eux comme l’aveugle. Comment raisonnait l’aveugle? On lui objecte: «Cet homme n’est point de Dieu puisqu’il ne garde pas le shabbat.» Il répond: «Nous savons que Dieu n’exauce pas les pécheurs, or celui-ci m’a ouvert les yeux.», c’est-à-dire: «s’il a transgressé la loi, il a péché; s’il a péché, il n’a pas un tel pouvoir car le péché l’exclut absolument.» Or Jésus-Christ a ce pouvoir, il n’a donc pas péché même en transgressant la loi. Le paralytique raisonne de même: par ces mots, «celui qui m’a guéri», il indique que celui qui a déployé une semblable puissance ne peut être accusé d’avoir violé la loi.

Les Juifs reprennent: «Où est l’homme qui vous a dit: Emportez votre lit et marchez?» Voyez quel aveuglement insensé! Voyez quelle arrogance! Les envieux ne voient pas ce qui est bien mais seulement ce qui leur fournit une occasion de nuire, de même les Juifs: le paralytique proclame deux choses, sa guérison et l’ordre d’emporter son lit, les Juifs cachent l’une et publient l’autre. Ils voilent le prodige et objectent la violation du shabbat. Car ils ne demandent pas: «Où est celui qui vous a guéri?», ils se taisent sur ce point et disent: «Où est celui qui vous a dit: Emportez votre lit et marchez?» Celui-ci ne le connaissait pas «car Jésus s’était retiré de la foule qui était là.» Ceci fait l’éloge du paralytique et en même temps donne une preuve de la sollicitude de Jésus-Christ pour les hommes. Si ce paralytique ne reçoit pas le Sauveur comme le centenier, s’il ne s’écrie pas: «Dites une parole et mon serviteur sera guéri», ne l’accusez pas d’infidélité: puisqu’il ne le connaissait pas, il ne savait pas qui il était. Comment aurait-il connu celui qui voyait pour la première fois? Voilà pourquoi il lui répondit: «Je n’ai personne pour me jeter dans la piscine.» S’il l’avait connu, il ne lui eût pas parlé de le descendre dans la piscine, il l’aurait prié de le guérir, comme il fut guéri en effet. Il le prenait pour un homme ordinaire et c’est pour cela qu’il mentionne le remède accoutumé. C’est aussi une preuve de la prudence de Jésus-Christ que de quitter le paralytique guéri sans s’en faire connaître, car alors les Juifs ne peuvent soupçonner la véracité de ce témoin, ni prétendre qu’il est gagné ou suborné par Jésus-Christ; son ignorance et l’absence de Jésus-Christ ne permettent pas ce soupçon. L’Évangile dit en effet: «Il ne savait qui il était.» Jésus-Christ le laisse aller seul afin que les Juifs, le prenant à part, examinent le fait à leur gré et, une fois bien convaincus de la vérité, répriment leur colère ridicule. Voilà pourquoi Jésus-Christ se tait. Pour preuve, il leur présente les faits, témoignage évident et irréfutable. Que peut-on en effet opposer à ces paroles: «Celui qui m’a guéri m’a dit: Emportez votre lit et marchez»? Le paralytique devient évangéliste, docteur des infidèles, médecin et héraut, pour leur honte et leur condamnation. Il guérit les âmes, non par des paroles mais par des exemples. Il apporte un argument invincible et son corps proclame la vérité de son discours.

Depuis, Jésus le rencontra et lui dit: «Vous voilà guéri. Ne péchez plus, de peur qu’il ne vous arrive quelque chose de pire.» Admirez la science, le zèle du médecin. Il ne délivre pas seulement de la maladie présente, il prémunit encore pour l’avenir, et avec raison. Quand le paralytique est étendu sur son lit, Jésus-Christ ne lui dit rien de tel, il ne lui rappelle pas ses péchés car l’esprit des malades est aigri et chagrin. Mais une fois la maladie expulsée et la santé rétablie, une fois la puissance de Jésus-Christ et sa sollicitude prouvées par les œuvres, alors le moment est favorable pour les avis et les conseils: le paralytique les recevra, Jésus-Christ a gagné sa confiance. Pourquoi le paralytique, en s’en allant, fait-il connaître aux Juifs son bienfaiteur? C’est qu’il voulait les rendre participants de la vraie doctrine.

«Mais c’est pour cela-même que les Juifs haïssaient Jésus-Christ et le persécutaient.» Soyez attentifs, c’est ici le point décisif! Ils le persécutaient parce qu’il faisait ces choses le jour du shabbat. Voyons comment Jésus-Christ se défend, car sa manière de se défendre nous montrera s’il est sujet ou indépendant, serviteur ou maître. Son action paraissait une transgression considérable. Autrefois, un homme ayant ramassé du bois le jour du shabbat fut lapidé pour avoir en ce jour porté ce fardeau. On reprochait le même crime à Jésus-Christ: il avait violé le shabbat. Voyons d’abord s’il demande grâce comme un esclave et un sujet, ou s’il ne se donne pas comme ayant puissance et autorité comme maître, au-dessus de la loi et auteur des commandements. Comment se défend-il? «Mon Père agit jusqu’à présent, et j’agis aussi.» Voyez-vous l’autorité? S’il était inférieur au Père, cette parole, loin d’être une apologie, serait un crime encore plus grand et un nouveau motif d’accusation. Si quelqu’un usurpe les fonctions d’un supérieur et que, pour répondre à l’accusation, il dise: «J’ai fait cela parce que le supérieur l’a fait», loin de se laver des crimes qu’on lui reproche, il se rend plus répréhensible et plus coupable car c’est de l’orgueil et de l’arrogance que d’ambitionner des fonctions au-dessus de son mérite. Si donc Jésus-Christ est au-dessous de son Père, il ne se justifie pas, il se condamne. Mais parce qu’il est égal au Père, il n’y a pas de crime. Un exemple éclaircira ce que je dis: il n’appartient qu’à l’empereur de porter la pourpre et le diadème. Si un sujet usurpait ces insignes et si, amené devant le tribunal, il disait: «parce que l’empereur porte ces ornements, je les porte aussi», loin de se justifier, il ne ferait qu’aggraver son crime et son supplice. De même, il n’appartient qu’à la clémence impériale de gracier les grands scélérats comme les homicides, les brigands, ceux qui violent les tombeaux et autres semblables. Si un juge renvoyait un condamné sans attendre la sentence impériale et s’il s’excusait en disant: «Parce que le roi pardonne, je pardonne aussi», loin de se justifier, il s’attirerait une peine plus grande, et il doit en être ainsi. Un inférieur, dans un excès, s’insurge contre l’autorité et cherche dans ses actes des motifs d’excuse: n’est-ce pas faire injure à ceux qui lui ont confié sa dignité? Aussi un inférieur ne se défend jamais de la sorte. Mais s’il est empereur, s’il a une dignité égale, il lui sera permis de s’exprimer ainsi. Ayant la même dignité, il a la même puissance. Quiconque par conséquent se justifie de cette manière a nécessairement la même dignité que celui dont il invoque l’autorité. Quand donc Jésus-Christ se défend ainsi devant les Juifs, il nous prouve clairement qu’il est égal au Père.

Comparons, si vous le voulez, cet exemple aux paroles et aux actions de Jésus-Christ. Porter la pourpre et le diadème et gracier les coupables, c’est la même chose que de ne pas observer le shabbat. La première prérogative appartient au roi seul et non au sujet; quiconque la possède justement est nécessairement roi. Il en est de même ici: Jésus-Christ agit avec autorité puis, accusé, il invoque le Père en disant: «Mon Père agit jusqu’à présent.» Il est donc nécessairement égal au Père qui agit aussi avec autorité. S’il n’était pas égal à lui, il ne se défendrait pas ainsi. Rendons encore ceci plus clair: les apôtres avaient violé le shabbat en arrachant des épis pour manger, Jésus-Christ le viole maintenant; les Juifs l’accusent comme ils avaient accusé les disciples. Voyons comment il les justifie et se justifie lui-même, la différence vous montrera quelle est la valeur de son apologie. Comment les défend-il? «N’avez-vous pas lu ce que fit David lorsqu’il fut pressé de la faim?»: quand il défend les serviteurs, il apporte l’exemple d’un serviteur, de David. Quand il se justifie lui-même, il invoque son Père: «Mon Père agit, et j’agis aussi.» Et que fait-il? Demandez-le vous, car «après six jours Dieu se reposa de tous ses ouvrages.» Il exerce sa Providence de chaque jour. Il n’a pas seulement créé, il conserve encore les créatures, les anges, les archanges, les puissances d’en-haut; en un mot, toutes les choses visibles et invisibles sont réglées par sa Providence. Sans ce secours efficace, tout s’en va, se dissipe et périt. Jésus-Christ, voulant montrer qu’il gouverne par sa Providence et n’est pas gouverné, qu’il est créateur et non créature, dit: «Mon Père agit, et j’agis aussi»: il indique par là qu’il est égal au Père.

Souvenez-vous de ces vérités, conservez-les avec soin; à une doctrine pure joignez une conduite irréprochable. Je vous rappelle ce que je vous ai déjà dit et je vous le redirai encore: un moyen puissant pour acquérir la sagesse et la vertu, c’est de venir souvent ici. Une terre inculte que personne n’arrose se couvre de ronces et d’épines; travaillée par la main du laboureur, elle germe, fleurit et produit des fruits abondants. Ainsi, l’âme qui est arrosée par la parole divine germe, fleurit et produit en abondance les fruits du Saint Esprit mais l’âme inculte, délaissée, privée de la rosée céleste, se couvre d’épines et de plantes sauvages, c’est-à-dire de péchés. Or les épines sont le repaire des dragons, des serpents, des scorpions et de toutes les puissances infernales. Si ces paroles ne vous convainquent pas, comparons-nous à ces âmes délaissées et vous verrez quelle différence. Ou plutôt, examinons ce que nous sommes quand nous jouissons de la grâce et ce que nous valons quand nous en sommes privés depuis longtemps. Ne perdons pas cet avantage, l’assistance à l’église nous procure toutes sortes de biens. Au retour, l’homme paraît plus respectable à sa femme et la femme plus aimable à son mari. Car c’est la vertu de l’âme et non la beauté du corps qui rend une femme aimable; c’est la tempérance, la douceur, la crainte de Dieu et non le fard, l’or ou les vêtements précieux. C’est ici, dans cette sainte assemblée, que nous pouvons acquérir cette beauté spirituelle; ici les prophètes et les apôtres purifient, ornent, éloignent la vieillesse du péché, ramènent la vigueur de la jeunesse, font disparaître toutes les rides, toutes les taches de nos âmes. Hommes et femmes, efforçons-nous donc tous d’obtenir cette beauté. La beauté du corps, la maladie la flétrit, le temps la ternit, la vieillesse la détruit peu à peu, la mort l’anéantit complètement; pour celle de l’âme, ni le temps, ni la maladie, ni la vieillesse, ni la mort, rien ne peut l’enlever: elle est immortelle. Celle du corps est souvent une occasion de péché; celle de l’âme conduit à Dieu. Comme dit le Prophète en s’adressant à l’Église: «Écoutez, ma fille, et voyez, et prêtez l’oreille; oubliez votre peuple et la maison de votre père, et le Roi sera épris de votre beauté.» Afin de mériter l’amitié de Dieu, ayons bien soin de conserver cette beauté; enlevons toutes les taches par la lecture des saintes Écritures, par la prière, par l’aumône et la concorde. Alors le roi, charmé de la beauté de notre âme, nous donnera le royaume céleste.

Puissions-nous l’obtenir tous par la grâce et la bonté de Notre Seigneur Jésus-Christ à qui avec le Père et le Saint Esprit, soit la gloire, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Amen.

Pin It on Pinterest

Share This