Jean de la Croix (1542-1591)

Poète, et l’un des plus grands mystiques espagnols, souvent appelé le réformateur et «Saint du Carmel».

Brève biographie

divb-e

Juan de Yepes Álvarez, né à Fontiveros (Espagne) le 24 juin 1542 dans une famille aristocratique d’Espagne, devient carme après ses études alors qu’il songeait à se faire ermite chez les chartreux.

Thérèse d’Avila, réformatrice de l’ordre du Carmel, lui demande de prendre en charge l’ordre masculin du carmel. Il accepte et fonde l’ordre des Carmes déchaux.

Jean de la Croix fait alors l’expérience mystique qu’il appelle La Nuit obscure (Noche oscura). Il la décrit et développe tout au long de sa vie à travers des traités tels que La Montée du Carmel (Subida del Monte Carmelo), La Nuit obscure (Noche oscura), La Vive Flamme d’amour (Llama de amor viva), ou encore Le Cantique spirituel (Cántico espiritual). Il cherche à y témoigner du chemin des âmes vers Dieu.

Pour Jean, le silence est un moyen d’accéder à Dieu puisqu’il permet de limiter l’expérience des sens et réduit les activités désordonnées de l’intelligence. Il affirme: «Le Père a dit une parole qui est son Fils et Il la dit toujours dans un éternel silence et c’est seulement le silence que l’âme entend».

L’âme doit se détacher de tout pour parvenir à la véritable union à Dieu: «En cette nudité l’esprit trouve son repos car ne désirant rien, rien ne le fatigue vers le haut, rien ne l’opprime vers le bas, puisqu’il est dans le centre de lui-même qui est Dieu».

La lecture de la Bible est un moyen de rentrer dans la contemplation: «En suivant les divines écritures, nous ne pouvons nous égarer, puisque c’est l’Esprit Saint Lui-même qui parle».

Mais les autorités de l’Ordre refusent sa réforme et Jean de la Croix finit par être mis au ban de sa communauté avant de mourir au couvent d’Úbeda le 14 décembre 1591.

Sentences spirituelles

« Appliquez-vous, avec tout le soin et toute l’ardeur possible, à imiter Jésus-Christ en toutes choses, et comportez-vous, en chacune de vos actions, comme il s’y fût comporté s’il l’eût faite lui-même. »

Pin It on Pinterest