Origène (185-253)

Considéré comme le père de l’exégèse biblique, il distingue toujours trois sens dans les Écritures: littéral, moral et spirituel, correspondant aux trois parties de l’homme: le corps, l’âme et l’esprit.

Maître spirituel incontestable, beaucoup de Pères de l’Église s’en inspirèrent, malgré qu’il fut l’objet de querelles par la suite, et déclaré hérétique trois siècles après sa mort, en 553.

Brève biographie

divb-e

Né en Égypte dans une famille chrétienne, il voit son père martyrisé sous le règne de Septime Sévère et il assiste à sa mort par décapitation. Instruit dans les belles-lettres et les saintes Écritures, Origène enseigne la grammaire pour subvenir aux besoins de sa famille.

En 215, bien que très jeune, il succède à son maître Clément d’Alexandrie à la tête de la Didascalée à l’École théologique d’Alexandrie et il se signale par une rigidité de principes et de mœurs.

Il donnera ensuite des leçons publiques à Césarée la journée, et consacrera la plus grande partie de ses nuits à l’étude de la Bible, menant une vie d’ascète rigide, au point de se castrer pour se soustraire à toute tentation, suivant à la lettre Matthieu 4: «il y a des eunuques qui se sont faits eux-mêmes eunuques pour le royaume des cieux» et Marc 5: «si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la». Plus tard, dans son enseignement donné à Césarée, il avouera regretter son geste, qu’il attribue à l’erreur que constitue la lecture littérale des Écritures.

En 230, il est ordonné prêtre à Jérusalem mais son évêque, Démétrius d’Alexandrie, lui reproche ses mutilations qui, selon les canons, le rendent inapte au sacerdoce. Malgré le soutien des évêques, Démétrius, regardant son ordination comme irrégulière, destitue Origène de ses fonctions, l’excommunie et lui interdit le séjour de son diocèse.

En 231, Origène quitte Alexandrie pour Césarée, en Palestine, où il continue d’expliquer l’Écriture et où une nouvelle école prend corps autour de lui. En 250, sous le règne de Dèce, il subit la persécution et, bien qu’emprisonné et torturé, il ne cesse d’écrire pour encourager ses compagnons et compose son livre Contre Celse. Bien qu’il retrouve la liberté, il meurt peu après, probablement à Tyr, vers 253, probablement des suites de ses blessures.

A une époque où aucune doctrine n’a encore été fixée, Origène fait figure de penseur en mouvement, curieux et prolifique, mais jamais de doctrinaire obtus. Cependant, trois siècles après sa mort, Origène est anathématisé et donc déclaré hérétique, lors du deuxième concile de Constantinople.

Sur Joseph en Egypte

« Si nous voulons interpréter spirituellement cette servitude des Egyptiens, nous reconnaissons qu’elle n’est pas autre chose que l’attachement aux vices charnels et la dépendance aux démons. Ce […] qui y mène, c’est le relâchement de l’esprit, c’est le désir et la volupté charnelle auxquels l’esprit se soumet par laisser-aller. Celui au contraire […] qui entretient la noblesse de son esprit par des pensées célestes, celui-là fait partie des enfants d’Israël. »

Sur le sens de certaines expressions

« Fouler aux pieds la convoitise, fuir la luxure, contenir et brider toutes les voluptés du corps, c’est bien là «commander à toute l’Egypte». […] Or quiconque, tout en dominant quelques-uns des vices de son corps, cède cependant et se soumet à d’autres, ne passe pas pour commander absolument à toute l’Egypte mais pour gouverner tout au plus une, deux ou trois cités. »

Sur l’apparition à Isaac

« A l’exemple du Seigneur qui, selon les lieux et les temps, prend des formes appropriées à toutes les circonstances, il faut croire que les saints, qui en étaient le type, se sont adaptés aux temps, aux lieux et aux circonstances, pour en figurer les mystères. »

Sur les puits

« Or quiconque est parmi nous ministre de la parole de Dieu, creuse un puits et cherche de l’eau vive dont il réconforte ses auditeurs. Si donc je me mets, moi aussi, à expliquer les paroles des anciens, si j’y cherche un sens spirituel, si j’essaye d’enlever «le voile de la loi» et de montrer que l’Ecriture a «un sens allégorique», pour ma part je creuse des puits. »

Sur l’enfantement de Rebecca

« Mais tant qu’il [Isaac] reste uniquement dans la loi, il n’est pas encore grand car la loi est couverte d’un voile, il ne fait que grandir parmi les prophètes. Mais lorsqu’il en arrive à rejeter le voile, alors il est «très grand». Quand la lettre de la loi en arrivera à être éliminée, comme la paille de son orge, et qu’il apparaîtra que «la loi est spirituelle», c’est alors qu’Isaac deviendra grand et même «tout à fait grand». »

Sur Ketura et le puits de vision

« l’Écriture rapporte qu’Abraham prit une femme du nom de Kétura […] à l’âge d’environ cent trente-sept ans […]. Faut-il penser qu’un si grand patriarche sentait encore à cet âge les aiguillons de la chair? Faut-il croire que celui qu’on nous a montré naguère éteint aux mouvements naturels sente maintenant revivre en lui la passion? Ou plutôt, comme nous l’avons souvent dit, les mariages des patriarches n’indiquent-ils pas quelque chose de mystérieux et de sacré? »

Sur Rebecca

« Ne comprenez-vous pas que cela a un sens spirituel? Vous croyez peut-être que c’est un hasard si les Patriarches viennent toujours à des puits et si leurs unions se contractent toujours au bord des eaux? Quiconque se l’imagine est «l’homme animal qui ne perçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu». En reste là qui voudra, demeure animal qui voudra. Pour moi, je dis que ces choses sont allégoriques, et je dis que les noces des saints représentent l’union de l’âme avec le Verbe de Dieu car «celui qui s’unit au Seigneur est un seul Esprit avec lui». »

Sur la 2ème promesse à Abraham

« à quoi bon, pour vous, que Dieu renouvelle ses promesses si vous ne vous renouvelez pas? Qu’il parle du haut du ciel si c’est à la terre que vous prêtez l’oreille? A quoi bon qu’il se lie par un serment si vous écoutez tout cela en passant comme une histoire ordinaire? Pourquoi ne pas remarquer que c’est à cause de vous que Dieu adopte des manières d’agir qui ne semblent pas du tout convenir à sa propre nature? »

Sur le sacrifice d’Abraham

« Aussi est-il dit que «le Seigneur voit» mais la vision que le Seigneur voit est spirituelle, pour que vous aussi vous considériez spirituellement toutes ces choses de l’Ecriture. Pas plus qu’il n’y a en Dieu quoi que ce soit de corporel, vous ne devez rien trouver de corporel à tout cela, mais c’est en Esprit que vous devez engendrer, vous aussi, votre fils Isaac, lorsque vous vous mettrez à porter le fruit de l’Esprit, la joie et la paix. »

Sur l’enfance d’Isaac

« Il y a encore une autre lutte plus violente, c’est la lutte que mènent ceux qui comprennent charnellement la loi contre ceux qui la comprennent spirituellement: une vraie persécution! Pourquoi donc? Parce que «l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu car elles sont une folie pour lui et il ne peut les comprendre parce que c’est par l’Esprit qu’on en juge». »

Pin It on Pinterest