Sermon 2

«Comme Jésus était en chemin avec ses disciples, il entra dans un village et une femme, nommée Marthe, le reçut dans sa maison».

Intravit Jesus in quoddam castellum et mulier quaedam, Martha nomine, excepit illum in domun suam. Lucae 10:38.

J’ai dit un petit mot, d’abord en latin, qui se trouve écrit dans l’évangile et qui, traduit, dit ceci: «Notre Seigneur Jésus-Christ monta à un petit château-fort et fut reçu par une vierge qui était une femme». Et bien, prêtez maintenant attention avec zèle à ce mot: il faut de nécessité qu’ait été une vierge l’être humain par qui Jésus fut reçu. Vierge veut dire rien moins qu’un être humain qui est dépris de toutes images étrangères, aussi dépris qu’il l’était alors qu’il n’était pas.

Voyez, on pourrait maintenant demander comment l’être humain qui est né et en est arrivé à une vie intellectuelle, comment peut-il être aussi dépris de toutes images que lorsqu’il n’était pas alors qu’il sait beaucoup, toutes choses qui sont des images; comment peut-il alors être dépris? Prêtez attention maintenant à la distinction que je veux vous exposer. Serais-je à ce point doué d’intellect qu’en moi se trouveraient sous mode intellectuel toutes les images que tous les hommes ont jamais accueillies et qui se trouvent en Dieu-même, serais-je sans attachement propre au point que d’aucune je ne me sois saisi avec attachement propre dans le faire ou dans l’omettre, par anticipation ou par atermoiement; plus, au point que dans ce maintenant présent je me tienne libre et dépris en vue de la très chère volonté de Dieu et, pour l’accomplir sans relâche, en vérité, je serais alors vierge, sans entraves d’aucune image, aussi vraiment que j’étais alors que je n’étais pas. Je dis en outre que l’être humain soit vierge, voilà qui ne lui ôte rien de rien de toutes les œuvres qu’il a jamais faites; il se tient là, virginal et libre, sans aucune entrave en regard de la vérité suprême, comme Jésus est dépris et libre, et en lui-même virginal. De ce que disent les maîtres, que seules les choses égales sont capables d’union, il suit qu’il faut que soit intact, vierge, l’être humain qui doit accueillir Jésus virginal.

Prêtez attention maintenant et considérez avec zèle! Si l’être humain était vierge pour toujours, aucun fruit ne proviendrait de lui. Doit-il devenir fécond, il lui faut de nécessité être une femme. Femme est le mot le plus noble que l’on peut attribuer à l’âme et est bien plus noble que vierge. Que l’être humain reçoive Dieu en lui, c’est bien, et dans cette réceptivité il est intact. Mais que Dieu devienne fécond en lui, c’est mieux, car la fécondité du don est la seule gratitude pour le don, et l’esprit est une femme dans la gratitude, qui engendre en retour là où, pour Dieu, il engendre Jésus en retour dans le cœur paternel. Bien des dons de prix sont reçus dans la virginité sans être engendrés en retour dans la fécondité de la femme avec louange de gratitude en Dieu. Ces dons se gâtent et vont tous au néant, en sorte que l’être humain n’en devient jamais plus heureux ni meilleur. Alors sa virginité ne lui sert de rien, parce qu’à la virginité il n’adjoint pas d’être une femme en toute fécondité. C’est là que gît le dommage. C’est pourquoi j’ai dit: «Jésus monta à un petit château fort et fut reçu par une vierge qui était une femme». Voilà qui doit être de nécessité, ainsi que je vous l’ai exposé.

Époux sont ceux qui donnent à peine plus d’un fruit l’an, mais autres les époux que je vise en l’occurrence: tous ceux qui, avec attachement propre, sont liés aux prières, aux jeûnes, aux veilles et à toutes sortes d’exercices intérieurs et mortifications. Un attachement propre, quel qu’il soit, à quelque œuvre que ce soit, qui enlève la liberté d’attendre Dieu dans ce maintenant présent et de le suivre lui seul dans la lumière avec laquelle il t’inciterait à faire et à lâcher prise, libre et neuf à tout moment, comme si tu n’avais, ni ne voulais, ni ne pouvais rien d’autre: un attachement propre ou un projet d’œuvre, quels qu’ils soient, qui t’enlèvent cette liberté neuve en tout temps, voilà ce que j’appelle maintenant une année, car ton âme ne donne aucun fruit à moins que d’avoir accompli l’œuvre que tu as entreprise avec attachement propre, et tu n’as confiance ni en Dieu ni en toi-même à moins que d’avoir accompli ton œuvre que tu as conçue avec attachement propre; faute de quoi tu ne jouis d’aucune paix. C’est pourquoi aussi tu ne donnes aucun fruit à moins que d’avoir fait ton œuvre. C’est cela que je pose comme une année, et le fruit est cependant minime, car il a procédé de l’attachement propre à l’œuvre et non de la liberté. Ceux-là, je les appelle époux car ils sont liés à l’attachement propre. Ceux-là donnent peu de fruit, et ce fruit même est cependant minime, ainsi que je l’ai dit.

Une vierge qui est une femme, celle-là est libre et non liée, sans attachement propre, elle est en tout temps également proche de Dieu et d’elle-même. Elle donne beaucoup de fruits et ils sont grands, ni plus ni moins que Dieu lui-même. Ce fruit et cette naissance, c’est cela que cette vierge qui est une femme fait naître, et elle donne du fruit tous les jours, cent fois ou mille fois, et même au-delà de tout nombre, enfantant et devenant féconde à partir du fond le plus noble. Pour mieux le dire: Oui! A partir du même fond à partir duquel le Père enfante sa Parole éternelle, à partir de là elle devient féconde co-engendrante. Car Jésus, la lumière et le reflet du cœur paternel (ainsi que dit Paul, qu’il est une gloire et un reflet du cœur paternel), ce Jésus est uni à elle et elle à lui, et elle brille et rayonne avec lui comme un unique Un et comme une lumière limpide et claire dans le cœur paternel.

J’ai dit aussi en outre qu’il est une puissance dans l’âme que ne touchent temps ni chair; elle flue hors de l’esprit et demeure dans l’esprit et est en toute manière spirituelle. Dans cette puissance, Dieu toujours verdoie et fleurit dans toute la félicité et dans toute la gloire qu’il est en lui-même. Là est telle félicité du cœur, et si inconcevablement grande félicité, que personne ne peut le dire de façon plénière. Car le Père éternel engendre son Fils éternel sans relâche, de sorte que cette puissance co-engendre le Fils du Père et soi-même comme le même Fils dans l’unique puissance du Père. Un homme aurait-il tout un royaume et tous les biens de la terre, et les abandonnerait-il simplement en vue de Dieu, et deviendrait-il l’un des hommes les plus pauvres qui aient jamais vécu sur terre, et Dieu lui donnerait-il alors autant à souffrir qu’il le donna jamais à un homme, et souffrirait-il tout cela jusqu’à sa mort, et Dieu lui donnerait-il alors une seule fois de contempler d’un regard la façon dont il est dans cette puissance: sa félicité serait si grande que toute cette peine et pauvreté serait encore trop minime. Oui, même si après cela Dieu ne lui donnait jamais le royaume du ciel, il aurait pourtant reçu un salaire par trop grand par rapport à tout ce qu’il aurait jamais enduré; car Dieu est dans cette puissance comme dans l’instant éternel. L’esprit serait-il en tout temps uni à Dieu dans cette puissance que l’homme ne pourrait vieillir; car l’instant où Dieu créa le premier homme et l’instant où le dernier homme doit disparaître et l’instant où je parle sont égaux en Dieu et ne sont rien qu’un instant. Voyez maintenant: cet homme habite dans une seule lumière avec Dieu, c’est pourquoi ne sont en lui ni peine ni succession, mais une égale éternité. Cet homme est délivré en vérité de tout étonnement, et toutes choses se trouvent en lui de façon essentielle. C’est pourquoi il ne reçoit rien de nouveau des choses à venir ni d’aucun hasard, car il habite dans un instant en tout temps nouveau sans relâche. Telle est la souveraineté divine dans cette puissance.

Il est encore une puissance qui est également incorporelle; elle flue hors de l’esprit, et demeure dans l’esprit, et est en toute manière spirituelle. Dans cette puissance, Dieu sans relâche arde et brûle avec toute sa richesse, avec toute sa douceur et avec toutes ses délices. En vérité, dans cette puissance est si grande félicité et délices si grandes, sans mesure, que personne ne peut en parler ni le révéler pleinement. Mais je dis: Y aurait-il un seul homme qui là, un instant, contemplerait intellectuellement les délices et la félicité qui s’y trouvent, tout ce qu’il pourrait pâtir que Dieu aurait voulu qu’il pâtisse, cela lui serait tout entier peu de chose et même rien de rien; je dis plus encore: cela lui serait en toute manière une félicité et une satisfaction.

Veux-tu savoir vraiment si ta souffrance est tienne ou bien de Dieu, tu dois le déceler d’après ceci: «souffres-tu à cause de ta volonté propre, en quelque manière que ce soit? Souffrir te fait mal et t’est lourd à porter?» Mais souffres-tu à cause de Dieu et de Dieu seul, souffrir ne te fait pas de mal et ne t’est pas lourd car c’est Dieu qui porte le fardeau. En bonne vérité: y aurait-il un homme qui voudrait souffrir de par Dieu et purement pour Dieu seul, et si s’abattait sur lui toute la souffrance dont tous les hommes aient jamais pâti et que le monde entier a en partage, cela ne lui ferait pas mal ni ne lui serait lourd car c’est Dieu qui porterait le fardeau. Si l’on me mettait un quintal sur la nuque et qu’ensuite ce soit un autre qui le soutienne sur ma nuque, j’en chargerais cent aussi volontiers que un, car cela ne me serait lourd ni ne me ferait mal. Dit brièvement: ce que l’homme pâtit de par Dieu et pour Dieu seul, cela, Dieu le lui rend léger et doux, ainsi que je l’ai dit au commencement, par quoi nous commençâmes notre sermon: «Jésus monta à un petit château fort et fut reçu par une vierge qui était une femme.» Pourquoi? Il fallait de nécessité qu’elle soit une vierge et aussi une femme. Maintenant je vous ai dit que Jésus fut reçu mais je ne vous ai pas dit ce qu’est le petit château fort, ce pour quoi je veux maintenant parler .

J’ai dit parfois qu’il est une puissance dans l’esprit qui, seule, est libre. Parfois j’ai dit que c’est un rempart de l’esprit, parfois j’ai dit que c’est une lumière de l’esprit, parfois j’ai dit que c’est une petite étincelle. Mais je dis maintenant: ce n’est ni ceci ni cela, pourtant c’est un quelque chose qui est plus élevé, au-dessus de ceci et de cela, que le ciel au-dessus de la terre. C’est pourquoi je le nomme maintenant de plus noble manière que je ne l’ai jamais nommé, et il se rit de la noblesse et de la manière et est au-dessus de cela. Il est libre de tous noms, démuni de toutes formes, dépris et libre, tout comme Dieu est dépris et libre en lui-même. Il est aussi pleinement un et simple que Dieu est un et simple, de sorte que d’aucune manière l’on ne peut y jeter le regard. La même puissance dont j’ai parlé, là où Dieu fleurit et verdoie avec toute sa déité, et l’esprit en Dieu, dans cette même puissance, le Père engendre son Fils unique aussi vraiment que dans lui-même, car il vit vraiment dans cette puissance, et l’esprit engendre avec le Père ce même Fils unique et soi-même comme le même Fils, et est le même Fils dans cette lumière, et est la vérité.

Si vous pouviez voir avec mon cœur, vous comprendriez bien ce que je dis car c’est vrai, et la vérité le dit elle-même. Voyez, prêtez maintenant attention! Si un et simple, par delà tout mode, est ce petit château fort dans l’âme dont je parle et que je vise, que cette noble puissance dont j’ai parlé n’est pas digne de jamais jeter une seule fois un regard dans ce petit château fort, ni non plus cette autre puissance dont j’ai parlé où Dieu arde et brûle avec toute sa richesse et avec toutes ses délices, elle ne se risquera pas à y jeter jamais un regard; si vraiment un et simple est ce petit château fort, et si élevé par delà tout mode et toutes puissances est cet unique Un qu’en lui jamais puissance ni mode ne peut jeter un regard, pas même Dieu. En bonne vérité et aussi vrai que Dieu vit! Dieu lui-même jamais n’y jette un instant le regard et n’y a jamais encore jeté le regard dans la mesure où il se possède selon le mode et la propriété de ses personnes. Voilà qui est facile à comprendre car cet unique Un est sans mode et sans propriété. Et c’est pourquoi, Dieu doit-il jamais y jeter un regard, cela lui coûte nécessairement tous ses noms divins et sa propriété personnelle; cela, il lui faut le laisser totalement à l’extérieur s’il doit jamais y jeter un regard.

Mais c’est en tant qu’il est simplement Un, sans quelque mode ni propriété: là il n’est dans ce sens ni Père ni Fils ni Esprit Saint et est pourtant un quelque chose qui n’est ni ceci ni cela. Voyez, c’est pour autant qu’il est un et simple qu’il pénètre dans le un que là je nomme un petit château fort dans l’âme, et autrement il n’y pénétrerait en aucune manière; mais ce n’est qu’ainsi qu’il y pénètre et y demeure. C’est par cette partie que l’âme est égale à Dieu, et pas autrement. Ce que je vous ai dit, c’est vrai; de quoi je vous donne la vérité pour témoin et mon âme en gage.

Pour que nous soyons un tel petit château fort dans lequel Jésus monte et se trouve reçu et demeure éternellement en nous de la manière que j’ai dite, qu’à cela Dieu nous aide.

Amen.

Pin It on Pinterest

Share This